Au comptoir du savoir

Disclaimer:

Je tiens à préciser que mon but n'est pas de concurrencer des sites comme Savoir Inutile ou Se Coucher Moins Bête qui sont pour moi des sites de références en la matière. Il faut plus voir ceci comme une base de connaissances et de savoirs qui ont retenu mon attention.
J'insiste également sur le fait que ces savoirs ont été valables lorsque je les ai écrit mais que depuis, ils ont pu changer.

Lilith, la première femme

Dans l'Ancien Testament, on a récupéré une bonne partie de la bible hébraïque, le Tanakh et notamment la Torah qu'on retrouve dans le Pentateuque. Mais il n'y a pas que ça. Un personnage présent dans le Talmud et la Kabbale a disparu de la Bible Chrétienne sauf dans le livre d'Isaïe où elle y est mentionnée. Je veux parler de Lilith, le première femme de l'Histoire.

En effet, elle apparaît avant Ève et a été faite à partir de la terre, comme Adam. Elle est donc l'égale de l'Homme et en ce sens, elle refusait de se soumettre à Adam et voulut prendre le dessus durant les actes sexuels, ce qu'Adam refusa. Furieuse et pas épanouie, elle partit sans demander son reste. Elle refusait d'être réduit à un rôle de procréation et de mère porteuse; soumise à son mari. Adam alla se plaindre auprès de Dieu et ce dernier envoya des anges retrouver Lilith. Ils exigèrent qu'elle revienne sous peine d'être châtiée et de voir tous les enfants qu'elle fécondera mourir.

Cependant, Lilith refusa malgré tout et ainsi le châtiment s'abattit. Ne pouvant donner vie à un enfant, elle décida de se suicider et partit en enfer. Ne pouvant plus former une famille, le sexe devint pour elle une pure partie de plaisir et mena alors une vie de débauchée. Elle devint alors leader des succubes et se mit en couple avec le démon Samaël, ancien Séraphin déchu et qui chevaucherait notamment un serpent. On dit que jalouse de Ève qui lui succéda et qui fut issue d'une côte d'Adam, c'est elle qui envoya le serpent corrompre Ève en la poussant à croquer le fruit de l'arbre de la connaissance du Bien et du Mal.

Malgré son châtiment, elle désire toujours avoir un enfant et on dit qu'elle tourne autour des enfants fraîchement nés. La dévotion de la famille protégerait l'enfant au début tout comme la présence d'amulettes jusqu'à la circoncision, où Lilith ne pourra plus le toucher.

Tags : CroyanceTraditionCuriosité

Les origines de AirBnB

Joe Gebbia et Brian Chesky sont deux designers californiens qui déménagèrent à San Francisco. Là-bas se tint une grande conférence de design. Toutefois les hotels étaient saturés. Nos deux compères eurent alors l'idée de proposer des solutions de logement avec des matelas gonflables dans leur salon et un petit déjeuner compris. Le concept marcha bien et ils se dirent qu'il y avait peut-être un concept à prendre. Ainsi, ils fondèrent AirBed and Breakfast, littéralement, matelas gonflable et petit déjeuner. Nathan Blecharczyk, architecte technique, les rejoint et ils créèrent le site promotionnel en ligne en 2008 pour les grands événements de la liste. Ils se font alors remarquer par un investisseur, Paul Graham qui va les aligner sur la location courte chez l'habitant. Le nom est également raccourci de AirBed and Breakfast a Airbnb. De location dans une pièce avec petit déjeuner, on passa à la location de la maison/appartement entre particulier. Depuis, on connait tous l'essor qu'il a connu. 

Mais sachez donc que AirBnB signifie et vient de Airbed and breakfast.

Tags : OrigineCuriosité

Le CDI, un emploi stable illimité dans la durée ?

Lorsque l'on parle du Contrat à Durée Indéterminée (CDI), on imagine souvent une situation stable avec la garantie de l'emploi (à moins évidemment de faute grave et sauf licenciement économique). On pense directement à la sécurité offerte par ce type de contrat. Tant que l'on fait correctement son travail, on reste advitam aeternam . Contrairement au Contrat à Durée Déterminée (CDD), il n'est pas limité dans le temps donc on peut travailler sereinement sans l'inquiétude de chercher un prochain contrat pour l'après... Oui et non.

Oui, la plupart des CDI sont comme ça, mais non, tous les CDI ne sont pas comme ça. Imaginez, vous êtes une entreprise du Batiment et Travaux Publics (BTP).  Vous avez besoin de peintres, d'électriciens, de maçons, d'architectes... Vous pouvez avoir tout cela en tant que salarié au CDI. Mais là, c'est bien quand vous avez des projets qui vont bien, quid quand le carnet de commande est vide et/ou quand toutes les branches de métiers de vos salariés ne sont pas concernés ? Vous payerez plein de gens en intercontrat pour rien. Et le BTP est très instable comme domaine. Donc mieux vaut prendre ces personnes uniquement dans le cadre d'un chantier. Prendre des sous-traitants impose que ces derniers soient à leur compte. En outre, en tant qu'indépendant lié par une prestation commerciale, vous aurez moins la main sur eux (pression, fidélisation, disponibilité...) et ils prendront une commission en plus car faut bien qu'ils aient une marge. Les prendre en CDD alors ? Oui mais il y a la prime de précarité qui impose en fin de contrat de donner 10% de l'ensemble de ce que le salarié a percu durant le CDD. Par exemple, j'ai un salairié en CDD à 1 500€ que j'utilise pour un chantier d'un an, je devrais lui donner à la fin de son contrat 1 800€, soit plus d'un mois de salaire offert juste car c'est un CDD. Et là, on parle d'un salarié. Pour un chantier, il m'en faut beaucoup plus donc ça monte très vite.

Ainsi, on a créé une exception pour eux. C'est ce qu'on appelle le CDI de chantier ou plus simplement, le contrat de chantier. C'est un CDI avec une durée indéterminée sans date fixe, mais qui est limité dans le temps par l'exécution du chantier et n'ouvre pas droit à la prime de précarité. Une fois le chantier terminé, le contrat cesse et d'une certaine façon, vous êtes virés (car vous étiez salarié avant et vous ne l'êtes plus désormais).  Je chipote, me diriez-vous. Ce n'est qu'une exception infime... Non, ça, c'est historique. Sauf que le MEDEF a milité de longues dates pour son élargissement comme par exemple dans l'aéronautique ou dans l'informatique. Et le gouvernement d'Edouard Philippe y a tendu une oreille favorable. Lors des ordonnances de la réforme du travail entrées en vigueur le 1er janvier 2018, un nouveau type de contrat a vu le jour et se nomme le CDI de projets, ou plus simplement le contrat de projet. Et celui-ci est une extension du contrat de chantier. Ainsi, lorsque vous cherchez un emploi et que vous regardez les offres, vérifiez bien que ce qu'on vous propose n'est pas rattaché à une mission précise, clairement définis et limitée dans le temps car même si le contrat est un CDI, il serait alors possible de vous jeter comme un mal-propre à la fin du projet. 

Tags : LégislationCuriositéFrance

La reine d'Angleterre et les animaux

La reine ou le roi d'Angleterre règne sur un large territoire (bien plus large que la simple Angleterre) et compte d'innombrables sujets, tous loyales à la couronne britannique. Cependant, parmi les sujets de Sa majesté, il n'y a pas que des humains. Grâce au jeu d'anciennes lois jamais révoquées et donc toujours en activité, certains animaux sont considérés comme "royaux" et donc propriétés de la couronne. 

Tradition du XIIe siècle, formalisée au XIVe par le roi Edouard IV en 1482, tous les cygnes sauvages du royaume sont propriétés du monarque. Cela vient de l'époque où le cygne était un mets rare et délicieux, autrement dit, un mets digne d'un roi seulement. Et pour s'assurer que de vils chasseurs ne les touchent pas, ils ont été déclaré royaux. Ainsi, toute attaque contre eux sera considéré comme une attaque contre un bien de la couronne, acte sévèrement puni. De par cette loi, le monarque détient le titre franco-anglais de "Seigneur of the Swans" ou seigneur des cygnes en français. De nos jours, la reine n'utilise ce droit que pour les 88 cygnes de la Tamise.  Comment sais-je qu'il y en a 88 ? Tout simplement car chaque année a lieu une cérémonie s'étalant sur 5 jours nommée Swan Upping qui vise à recenser et marquer les cygnes royaux de la Tamise. Tout cela est sous la responsabilité du "Swan marker", en costume évidemment. 

Mais les cygnes ne sont pas les seules "biens" royaux dont disposent le monarque sur le règne animal. Un loi de 1324 d'Edouard II toujours en vigueur énonce que tous les esturgeons, marsouins, dauphins et baleines du royaume sont des poissons royaux. Avant toute vente, on doit d'abord vérifier que le monarque n'en veut pas et demander l'autorisation à la souveraine pour la vente. Ce n'est pas une loi anecdotique, en 2004, un pécheur a eu le droit à une enquête de police et risqua 6 mois de prison et £5000 d'amende pour avoir vendu un esturgeon péché vers les côtes du Pays de Galles £650 sans autorisation. En 2007, le gouvernement écossais avait réaffirmé, "au nom de la couronne", son droit "de revendiquer toutes baleines échouées et trop grandes pour être tractées par un chariot tiré par six bœufs". Donc non, c'est du sérieux.

En outre, en Écosse, le "Crown Estate" (l'organisme de gestion des biens de la couronne, aujourd'hui entre les mains de l'État) possède également le droit sur la pêche au saumon dans la plupart des rivières, ainsi que tous les crustacés sauvages de ses côtes…

Tags : LégislationCuriositéRoyaume UniAnimal

La guerre de 335 ans

Vous connaissez la guerre de 30 ans, la guerre de 100 ans mais quid de la guerre de 335 ans ? Ce fut l'une des plus longues guerre de l'Histoire. Elle dura de 1651 à 1986. Pourtant, on en entendit que très peu parler. Comment cela se fait ? Car elle impliquait les Pays-Bas ainsi que l'Archipel de Sorlingues dans les Cornouailles britanniques qui avait totalement oublié qu'ils étaient en guerre et ne fit strictement aucun mort ni même blessé.

Plantons le contexte. La région de l'actuel Pays-Bas fit de 1568 à 1648, la guerre de 80 ans, aussi appelé "révolte des Pays-Bas". Les néerlandais voulaient se soustraire de l'autorité espagnole sur leurs provinces. Ils obtinrent le soutien des anglais et notamment de la reine Elisabeth 1er dans ce conflit et finir par devenir indépendant et fondèrent les Provinces-Unis (l'ancêtre des Pays-Bas actuel) via l'accord de Münster.  Depuis, les néerlandais en doivent une aux anglais. Et ça tombe bien car dans le même temps, depuis 1642, il y a une guerre civile entre les Parlementaires et les Royalistes. Celle-ci est favorable aux Parlementaires qui ont repoussé les Royalistes jusqu'en Cornouaille. La guerre continue et il ne reste plus que l'Archipel de Sorlingues, détenus par le Royaliste Sir John Grenville qui résiste grâce à l'efficacité de la Royal Navy plus douée à défendre des îles en mer que sur terre dans les Cornouailles. La Royal Navy fit même couler des navires néerlandais. Un amiral, Maarten Tromp, y est envoyé comme diplomate pour demander des comptes. Ne trouvant pas de réponses satisfaisantes et voulant aider leurs camarades anglais qui avaient le plus de chance de gagner (donc les Parlementaires), les Provinces-Unis déclarèrent la guerre à Sorlingues. Mais il se trouve que les Royalistes finirent par se rendre peu de temps après. La Marine néerlandais arrivèrent, la guerre était fini, et ils repartirent sans demander leur reste. Et l'incident tomba dans l'oubli. 

Jusqu'en 1985, où le président du Conseil des Sorlingues et historien, Roy Duncan écrivit à l'ambassadeur des Pays-Bas à Londres car il en avait marre d'entendre des rumeurs comme quoi son territoire serait en guerre et demande à ce qu'on dissipe le mythe. Sauf qu'à force de recherches, nos compères se sont rendu comptes que ce n'était point un mythe et qu'aucun traité de paix n'avait été signé depuis, la guerre était toujours active. Pour rétablir la situation, un traité de paix est signé l'année d'après, mettant enfin fin à cette guerre sans coups feu de plus de 330 ans. 

Tags : Pays-BasHistoireRoyaume Uni

Le 8 mai n'est pas la fin de la 2nde Guerre Mondiale

Le 8 mai est un jour férié commémorant le 8 mai 1945. Mais que s'est-il passé à cette date ? Si vous pensez que cela illustre la fin de la Seconde Guerre Mondiale, j'ai bien peur de devoir vous contredire. Ce qu'on célèbre le 8 mai 1945 est la capitulation du 3e Reich suite à l'Armistice inconditionnel signé par les forces armées allemandes représentées par le maréchal Wilhelm Keitel, l'amiral von Friedeburg et le général Stumpff. Cette reddition met ainsi fin au conflit sur le continent européen. Toutefois, ne soyons pas égocentrique. Il n'y a pas que l'Europe dans la vie. 

Les forces de l'Axe ne se comportaient pas seulement de l'Allemagne et de l'Italie, il y avait également le Japon. Or ce dernier est très respectueux de l'honneur et de la dignité. Se rendre ? Jamais ! Ils se battront bec et ongles, jusqu'à leurs derniers souffles. Et c'est ce qu'ils firent en multipliant les manœuvres militaires risquées, aboutissant souvent au suicide des soldats japonais en espérant faire le maximum de dégâts. Il a fallu attendre le 15 août 1945 pour que l'empereur annonce officiellement la capitulation du Japon. Que s'est-il passé pour un tel revirement ? Juste deux bombes nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki ainsi que la perte de la Mandchourie et de la Corée par une invasion russe (URSS à l'époque). Cependant, l'Armistice ne fut officiellement signé que le 2 septembre 1945. C'est cette date qui clot officiellement la fin de la 2nde Guerre Mondiale.

Tags : HistoireCuriositéIdée reçue

Cochon tirelire

Si je vous demandes de penser à une tirelire, il y a de fortes chances que la première image qui vous vienne soit celle d'une tirelire en forme de cochon. Et c'est tout à fait normal car les parents éduquent souvent l'idée de l'épargne à leur enfant via des cochon-tirelires. C'est dans ce conteneur mignon que l'on range les piécettes gagnées par la petite souris, par exemple. Mais pourquoi a-t-on fait des tirelires en forme d'animal et pourquoi le cochon a-t-il été choisi pour conserver le fruit de notre thésaurisation accrue ?

On peut surement pensé à des explications simples. Le cochon est un animal assez corpulent et qui mange tout amassant ainsi tout ce qu'il y a sur son passage. C'est un signe d'opulences et donc on en a fait un symbole pour conserver l'argent. Et c'est vrai, c'est l'explication... pour les cochons-tirelires d'Asie et notamment en Chine. Cependant, pendant très longtemps, on vécut chacun son histoire de notre côté et bien que par miracle, ça s'est retrouvé plus tard, le cochon-tirelire d'Europe a une autre histoire plus atypique. Plus atypique car elle est dû à une homophonie. Pendant très longtemps, on gardait de l'argent dans des bocaux de cuisine souvent fait en argile. Or, dans l'anglais moyenâgeux, ce type d'argile s'appelle "pygg". On disait qu'on mettait l'argent dans le "pygg jar" soit dans le vase en argile. Au fil de l'évolution, c'est devenu "pig bank" puis "piggy bank" (piggy étant le diminutif de pig voulant dire cochon). Par homophonie, on s'est alors amusé à faire des tirelires en argile en forme de cochon. Cela plaisait notamment aux enfants. Et cela se propagea, le produit se vendant bien. Les gens finirent par oublier l'origine du mot et du coup, on commença a faire des cochon-tirelires autrement qu'en argile, notamment en porcelaine ou en céramique, puis en plastique.

Mais à la base, cela vient bien de pygg jar voulait dire un vase en argile. Comme quoi, on peut facilement dériver. Et c'est aussi fou de se dire que, par deux processus totalement différents et indépendants, deux régions géographiques ont fini par adopter le même symbole pour les tirelires. 

Tags : OrigineCuriositéÉtymologie

Faire grève

En plein mouvement social de la SNCF, je me suis dit qu'il était intéressant de parler de la grève.  Juridique ? Historique ? Non, plus : pourquoi parle-t-on de grève ? Qu'est-ce qui a donné ce mot ? En anglais, a strike se traduit par frappe, une grève est une frappe ouvrière contre leurs conditions de travail. Donc cela a du sens. Mais "grève", d'où ça sort ? C'est un mot français qui désigne un terrain plat, uni, constitué de sable et de graviers près d'un cours d'eau. Ainsi sur la plage ou dans un port, si on se retrouve sur la grève, on se rend au bord de l'eau, là où il y a des graviers ou du sable. Mais encore, quel est le lien avec la cession de travail et la contestation ouvrière ?  

La place devant la Mairie de Paris se nomme la Place de l'Hôtel de Ville - Esplanade de la Libération...mais il n'en a pas toujours été ainsi. Avant 1803, elle s'appelait la place de la Grève (cette place étant située au bord de la Seine et bordé par une plage de sable). C'était un des principaux points d'accostage pour les bateaux marchands. De fait, les personnes sans emploi s'y rendaient souvent pour servir à charger et décharger les marchandises contre un petit pécule.  La place de la Grève était donc un lieu pour trouver du travail. Ce n'est qu'au XIXe siècle, lorsque les travailleurs mécontents se réunirent sur cette même place pour attirer l'attention des pouvoirs publics, que le terme de faire "grève" prit son sens actuel. 

Tags : EtymologieHistoireOrigineCuriosité

Goût vanille et castor

Quand vous voyez un produit goût vanille ou saveur vanille, vous devriez vous méfier. Ils ne disent pas que leur produit contient de la vanille mais que celui-ci a le goût de la vanille. Donc derrière, il y a des arômes artificiels et notamment la vanilline, molécule synthétique qui dont un goût semblable à celui de la vanille. Il n'a cependant rien de naturel mais est purement chimique. Vous vous dîtes alors que vous pourrez vous en détourner en prenant des produits estampillés goût vanille naturel. Hélas, ce n'est pas si simple. 

En effet, la motion de naturel implique simplement que l'arôme du produit vient de la nature, pas quel vient de la plante de vanille. Et il se trouve qu'on a un substrat naturel à l'arôme de vanille, le castoréum. Comme son nom l'indique à l'instar du titre, des castors sont impliqués dans sa création. Le castoréum est une molécule qui est produite par la rencontre des fluides des glandes périnéales et anales et de l'urine. Cela a une odorat très forte et sert au castor à marquer son territoire. Mais bien dosé, il donne également un petit goût de vanille. Donc parfois, votre goût vanille peut venir du cul d'un castor, bon appétit :D 

Tags : AlimentaireNatureAnimalCuriosité

Fourmi zombie

Vous pensiez que les zombies ne se trouvaient que dans les œuvres fantastiques ? Grossière erreur, on en trouve dans la nature. Heureusement à ce jour, cela n'affecte pas l'Homme mais les fourmis. Tout cela est dû à un champignon nommé Ophiocordyceps. Comment cela se passe-t-il? 

Ses spores se déposent sur la fourmi puis passe à travers sa peau via une réaction avec des enzymes. Le procédé chimique est ensuite mal connu mais une fois à l'intérieur, il arrive à prendre le contrôle de l'esprit de la fourmi. Son objectif est simple, se placer en hauteur et au soleil pour pouvoir se développer et se propager facilement. Manœuvrant la fourmi zombifiée, le champignon lui fait monter au sommet des arbres au corps défendant de son hôte. Il lui plante ses mandibules dans la feuille pour bien ancré la fourmi puis la tue enfin. Ensuite, elle germe et passe par l'arrière du crâne de la fourmi. Le champignon se développe jusqu'à disperser ses spores affectant d'autres fourmis et le cycle continue. It's the circle of life. 

Tags : AnimalNatureCuriosité