Au comptoir du savoir

Disclaimer:

Je tiens à préciser que mon but n'est pas de concurrencer des sites comme Savoir Inutile ou Se Coucher Moins Bête qui sont pour moi des sites de références en la matière. Il faut plus voir ceci comme une base de connaissances et de savoirs qui ont retenu mon attention.
J'insiste également sur le fait que ces savoirs ont été valables lorsque je les ai écrit mais que depuis, ils ont pu changer.

L'Homme descend-il vraiment du singe ?

Vous avez déjà dû entendre comme moi cette fameuse phrase : "l'Homme descend du singe". Celle-ci est tout à fait vrai lorsqu'on parle de la chasse ou de la déforestation. Toutefois, si on parle génétique, cela est totalement faux. Nous sommes cousins très éloignés avec les singes. Cela signifie que si on remontait la généalogie des singes et des Hommes, nous arriverions à un ancêtre commun. Et cela est tout à fait vrai. Nous partageons un ancêtre commun avec ces derniers. Mais c'est tout. Depuis chaque branche a évolué indépendamment, de mutation en mutation et cela a abouti à des singes d'un côté et des Hommes de l'autre.

Cela serait comme dire "Les dauphins descendent du singe" car ces deux animaux sont des mammifères et ont donc un ancêtre en commun. Il y a un facteur commun (dans le cas des mammifères, c'est l'allaitement) et depuis, ça s'est séparé, des différences sont apparues (plutôt drastiques car un dauphin ne ressemble guère à un singe) et cela a abouti aujourd'hui à ces deux animaux. Alors certes, comme on est peu éloigné dans la hiérarchie, notre ancêtre commun est plus proche entre l'humain et le singe que le singe et le dauphin, et donc il y a moins de différences. Mais nous ne sommes pas une sous-branche des singes, nous sommes tous deux des primates. Il y a eu une scission à un moment et d'un côté, ça a donné les Hommes et de l'autre, les singes. Ainsi, bien que nous avons beaucoup de notre génome en commun, Il est alors incorrect de dire que l'Homme descend des singes. 

Tags : CuriositéIdée reçueOrigine

Les premiers signes des cornes, le geste des rockers

Le signe des cornes consiste à dresser son index et son auriculaire pendant que les autres restent contre la paume de la main. C'est un symbole de reconnaissance, d'approbation et de complicité entre fans de rock en tout genre (du rock, hard rock, metal, heavy metal, etc). Popularisé entre autre par le chanteur de Black Sabbath, Ronnie James Dio, ce geste devient populaire dès le XXe siècle... Et pourtant, on a des gravures de la Grèce Antique, avec des personnes faisant ce signe. Comment est-ce possible ? Spoiler alert, le rock n'existait pas à l'époque donc l'explication doit être tout autre. 

Pasiphaé est la reine de Crêtes et l'épouse du roi Minos. Cette dernière décida d'avoir une relation sexuelle avec le taureau crétois, cadeau de Poséidon à Minos pour qu'il le sacrifie (ce  qu'il ne fit pas et provoqua la colère du dieu). De cette relation naquit le minotaure, créature mi-Homme, mi-taureau. Et le rapport avec notre savoir du jour ? Cela jeta l'opprobre et la honte sur le roi Minos qui se fit cocu par un taureau. Le peuple rappela au roi la relation adultère de sa femme en faisant ce signe des cornes, en référence au taureau. Il signifiait "Ta femme t'a trompé avec un taureau". De là, c'est devenu un symbole d'infidélité et se propagea comme tel dans toute la Grèce et l'Italie. C'est devenu synonyme de "cocu". Et les représentations de l'époque où ce signe apparait prennent donc ce sens. 

Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Ce n'est pas là l'origine du signe des rockers. Ronnie expliquait son signe par le fait que sa grand-mère italienne l'utilisait pour faire fuir le mauvais sort. C'est surement également une déclinaison du signe hippie ILY où le pouce y est également dressé et voulait dire "I Love You" soit, je t'aime, lui même tiré du mot amour dans la langue des signes. Mais il est assez rigolo de voir que ce signe a déjà été utilisé dans l'Histoire avec une toute autre signification. 

Tags : CuriositéHistoireOrigine

Pourquoi mettons l'alliance sur son annulaire gauche ?

Vous vous êtes pris une flèche dans le genoux et à la cérémonie, voilà que pour célébrer votre union, vous devez lui passer la bague au doigt. N'importe quel doigt ? Non, tout est symbole. C'est à l'annulaire gauche que l'alliance doit se porter en France. Pourquoi un tel choix ? La main ne fait pas l'unanimité. En France, c'est la gauche, mais dans des pays notamment de l'Est comme la Pologne, la Hongrie ou la Russie, c'est à la main droite que cela se porte. Par contre, tous s'accordent pour l'annulaire. Cela est dû à de grands scientifiques grecs qui au IIIe siècle avant J.-C. on débite une belle bêtise. 

La science de l'époque n'était pas forcément très poussé et se mêlait à la croyance et à la superstitions ou au spirituel. Les Égyptiens furent les premiers à utiliser un anneau pour symboliser leur amour. Toutefois, oublions les diamants, l'or et tout l'ostentatoire, c'était des rond de chanvres, de cuir ou d'os. Pour eux, l'annulaire gauche représentait l'amour et c'était donc à ce doigt que l'alliance devait être porté. Mais ce n'était qu'une pure croyance. Lorsque les Grecs envahir l'Égypte via Alexandre le Grand au IVe siècle avant J.-C., ces derniers reprirent cette coutume. Toutefois, au IIIe siècle, des scientifiques grecs ont énoncé que, de tous les doigts de la main, seul l'annulaire gauche (et seulement lui car... voilà, c'est l'élu) est parcouru par une veine qui est directement relié au coeur. Cette veine d'amour s'appelait vena amoris. Les Romains reprirent cette croyance et lors de la christianisation de l'Empire, il a été décidé que l'anneau de notre union ne pouvait être que porter sur ce doigt faisant ainsi la jonction entre nos voeux et notre coeur. Le christianisme s'étendant, cela devint la pratique principale des pays de l'Ouest. Sauf que c'est totalement faux. Chacun de nos doigts a un réseau veineux identique et il n'y en a pas un qui ressort plus que les autres. La croyance initiale égyptienne était sans doute plus arbitraire qu'un fait scientifique avéré. On retrouve ce symbolisme dans les cultures asiatiques où la main représente la famille, le majeur nous représente, le pouce représente les parents, l'index nos frères et soeurs, notre auriculaire (le petit doigt) nos enfants et l'annulaire notre moitié / notre amour.  

Ainsi, cette pratique symbolique reste basée sur des écrits scientifiques erronés. Il n'y a aucune raison particulière de prendre l'annulaire gauche pour porter l'alliance si ce n'est le poids de la tradition et de la croyance. 

Tags : CuriositéOrigineCroyanceTraditionHistoire

Carpe Diem

Qui ne connait pas cette locution latine ? Carpe Diem signifie littéralement "cueillir le jour" et est tiré du recueil de poèmes Les Odes de Horace. Cette expression a toutefois été détournée de son sens original par certains. Traduit par "profite du temps présent", il sert parfois d'excuses pour justifier des comportements à risque et/ou à la débauche. Comprenez qu'on ne sait pas de quoi demain sera fait et on a qu'une seule vie donc il faut en profiter un max. Elle est utilisée par les hédonismes pour expliquer leur jouissance débridée et par les casse-cous pour leur prise de risque mais aussi par les idiots pour faire des conneries. 

Sauf que le sens original du Carpe Diem n'est pas là, ce n'est pas une incitation à assouvir ses désirs car on ne sait pas de quoi demain sera fait. Dans cette partie des Odes, Horace philosophe avec Leuconoé qui s'inquiète de sa finalité et donc de sa mort pouvant arriver à n'importe quel moment. Horace le rassure et veut le convaincre de "Carpe Diem", c'est-à-dire, de "cueillir le jour". Ce n'est pas "profite de ce jour pour faire tout ce que tu peux avant qu'il ne soit trop tard" mais plutôt "accueille avec gratitude et reconnaissance ce jour de plus qui t'a été offert et sache t'émerveiller de tout ce qu'il peut t'offrir". C'est une invitation à la pleine conscience et à vivre l'instant présent pleinement (pas en faisant le fifou mais en le vivant comme un jour normal). C'est de ne plus vivre dans la crainte du futur et de savourer ce qui nous entoure actuellement, ces petits bonheurs de la vie. Regarder la Nature, savourer le temps passé en famille, chérir les moments avec ses amis, sentir l'air remplir nos poumons. C'est une incitation à l'ascèse plus qu'à la débauche ou la conduite à risque. Lao Tseu disait : "Si tu es déprimé, tu vis dans le passé. Si tu es anxieux, tu vis dans le futur. Si tu es en paix, tu vis dans l’instant présent". C'est dans cette logique qu'il faut prendre le Carpe Diem. 

Tags : ExpressionOrigineIdée reçue

"Moi aussi j'étais un aventurier autrefois, et puis j'ai pris une flèche dans le genou"

Quiconque ayant jouer à The Elder Scrolls 5 : Skyrim doit comprendre la référence dans ce titre. Dans le jeu, de nombreuses personnes et notamment les gardes nous disent : "Moi aussi j'étais un aventurier autrefois, et puis j'ai pris une flèche dans le genou". Mais  nombreuses, c'est vrai beaucoup. Qu'est-ce qu'ils ont tous à s'être pris une flèche dans le genou. Un protège-genoux, les grèves, ces parties d'armure protégeant le genou, ils ne connaissent pas ? Et sincèrement, ils ne se battent qu'à l'arc dans ce pays ? Quel est donc ce fléau qui ravage les contrées nordiques de Tamriel ? 

Bien qu'il soit très marrant d'imaginer cela au premier degré, c'est en réalité une expression. Et pas n'importe quelle expression, non. Une expression nordique. Ce qui est cohérent dans l'esprit et la culture de Skyrim/Bordeciel. Se prendre une flèche dans le genou signifie qu'on a du fléchir le genou, le mettre à terre. Mais non pas car on était blessé mais pour faire notre demande en mariage. Se prendre une flèche dans le genou est une métaphore pour parler du mariage. Ainsi, les gardes nous disent qu'ils étaient aventureux, voyageant dans le monde, vivant nombres d'aventures rocambolesque mais que finalement, ils ont décidé de se poser, d'épouser une femme et de vivre avec celle-ci (ou homme si votre interlocuteur est une femme). Fini la vie nomade et sachant se battre, il est devenu garde (dans bien des cas) et c'est pour cela que vous l'entendez surtout de leur part. 

Tags : Jeu vidéoOrigineExpression

Le McDonald's avec le plus gros chiffre d'affaires

Je suppose que je n'ai pas à présenter la chaîne de fast-food avec son M jaune. Qui ne connait pas les restaurants Mc Donald ? Que cela soit pour le décrier ou pour apprécier son BigMac, la marque est incontournable dans la restauration rapide. Inutile également de vous dire que l'enseigne doit brasser des milliards. Mais la grande question est la suivante : quel McDo réalise le plus gros chiffre d'affaires ? À défaut de pouvoir répondre précisément (et on ne vous en voudra pas), dans quel pays, McDo réalise son plus gros chiffre d'affaires ?

États-Unis, la mère patrie ? Pas du tout. Voyons, qu'est-ce qu'on a comme grand pays... La Chine ou l'Inde ?  Vachement bien pensé car ces pays ont une large population mais hélas, ils souffrent de pauvretés et de discrimination (ils préfèrent les enseignes locales). Ce qui fait que ce n'est pas ici qu'ils réalisent leurs meilleures performances. Hum... Russie ? Pas mal. Sachez que le Mc Donald's de la place Pouchkine à Moscou est le 3e McDonald's en terme de chiffre d'affaires.  Les deux premiers alternent selon les années mais dans toutes les cas, cocorico, c'est en France. Il faut croire que les français raffolent des McDo. En général, on a en premier le McDonald's des Champs Élysées avec 1,825 millions de clients annuels et 13.5 millions de chiffres d'affaires en 2014. Et il est suivi du McDonald's du Disney Village à Marne-la-Vallée. 

Tags : AlimentationCuriositéFrance

Les mystérieuses cités d'or et l'Eldorado

Haaaaaaaa aha aha , Esteban, Zia, Tao, les cités d'or. Aujourd'hui, on va s'intéresser au mythe qui a fait rêver bon nombres d'explorateurs, celui des mystérieuses cités d'or.

Il est bon de vérifier ce qui est à la source du mythe. Espagne, 1150, les Maures, tribu berbère musulmane d’Afrique du Nord, envahit le sud du pays et notamment assiège la ville de Mérida. La ville est évacuée, les armées s’y affrontent. Pourtant 7 évêques et quelques religieux ont disparus. La légende raconte alors qu’ils partirent à l’ouest pour sauver leur vie mais également mettre à l’abri certaines reliques sacrées. A l’Ouest, chaque évêque créèrent sa cité-état et ces dernières prospéraient dans l’opulence de richesses (on n’avait pas encore découvert l’Amérique et l’Ouest était encore un grand mystère sujet à plein de mythes). Les villes principales seraient Cíbola et Quivira. De là, la croyance de cités d’or à l’Ouest se propagea mais ne tient pour suite qu’une fuite de religieux et de disparitions de reliques. Dans une période de guerre avec l’invasion arabe, je pense qu’il y a hélas des explications plus rationnelles et funestes. Néanmoins, avide de richesse, le Vice-roi Antonio de Mondeza de la Nouvelle Espagne (Mexique et une bonne partie de l’Amérique de l’Ouest) organisa deux expéditions, en 1539 et 1540. La première fut menée par un moine franciscain nommé Marcos de Niza qui prit comme guide un esclave maure nommé Esteban (ou Estevanico en espagnol). Ce dernier prétend avoir entendu les indigènes parler de cités riches. De Niza l’envoie alors en reconnaissance avec 400 amérindiens… Et il se fit tuer avec d’autres membres de l’expédition, là où d’autres avaient fui. De Niza invita le Vice-Roi à financer une seconde expédition et pour le convaincre, il prétendit avoir vu au loin une grande cité où les habitants utilisaient des plats d'or et d'argent, décoraient leurs maisons de turquoises et possédaient de fabuleuses perles, émeraudes et autres splendides gemmes. On a les traces de cette déclaration dans son journal aujourd’hui conservé dans les Archives de Séville. Evidemment, se sentant touché au but, le Vice-Roi accepta. Francisco Vásquez de Coronado prit la tête de l’expédition. Ils traversèrent le pays jusqu’en Arizona, suivant les indications de De Niza. Ils arrivèrent…nulle part. Selon les indications de De Niza, ils devaient voir la mer et au loin la riche cité mais les cotes étaient beaucoup trop éloignées et aucune cité n’était en vue. Les soldats maudirent le moine. Tout était faut alors ? Par forcément, dans leur expédition, les Hommes de Vásquez de Coronado découvrirent le grand canyon (toujours en Arizona) et trouvèrent ce qui pourrait être l’inspiration de la cité d’or. Il s’agirait en réalité des pueblos d’argile poussiéreux des Zuñi, demeures hautes de plusieurs étages, ingénieusement bâties dans le canyon. On suggère que de loin, la paille mélangée à l'argile ait pu scintiller, donnant l'impression à un observateur distant que les bâtisses étaient en or. Cela dépita le moral des conquistadors en quête de richesse mais n’abandonnèrent pas pour autant leurs croyances sur les cités d’or… L’idée fit son chemin que les fameuses cités d’or n’étaient pas en Amérique du Nord mais peut-être plus au Sud et se mélangeraient alors avec le mythe de l’Eldorado.

Lors de son voyage aux Indes, Marco Polo y décrit une cité d’or. Il s’agissait en réalité des pagodes aux toits d’or de Birmanie, qui est un haut lieu religieux du bouddhisme. Et donc ? Que vient faire les Indes ici ? Hé bien, il faut se rappeler que Christophe Collomb pensait trouver une nouvelle route vers les Indes sans avoir à faire le tour de l’Afrique. Lorsqu’il arrivait aux US, il chercha donc la fameuse cité d’or décrite par Marco Polo. Il tomba alors sur une tradition Chibcha, une tribu indienne pré-colombienne. Selon les sources, soit une fois par an, soit lors de l’intronisation, le chef de la tribu Chibcha se faisait recouvrir de poussières d’or pour être étincelant et briller tel le Soleil car il était considéré comme le fils du Soleil et nommé Le Doré (El dorado, en espagnol). Il devait alors nager dans le lac sacré de Guatavita pendant que son peuple y balance des objets précieux. Le lac existe toujours et de nombreuses preuves et notamment objets précieux attestent que ce fut une réelle pratique et non un mythe. Cela alimenta la croyance de peuples tellement riches qu’ils pouvaient jeter l’or dans les lacs. Par conséquent, de nombreuses expéditions sont organisées en territoire incas et chibcha et leur permirent de trouver de larges trésors. Mais jamais de cités d’or ! Depuis, c’est devenu le mythe qu’on connait tous.

Tags : CroyanceCuriositéEspagne

La danse maladive de Strasbourg

14 juillet 1518, un étrange phénomène s'abat sur la ville de Strasbourg. Frau Toffea se met alors à danser en pleine rue. Son mari la somme d'arrêter mais elle n'arrive pas. Malgré la fatigue et les pieds en sang, elle continuera de danser sans s'arrêter, sauf pour de courtes siestes. Cela aurait pu s'arrêter à ce fait divers anecdotiques et pourtant, le 25 juillet, 50 personnes ont rejoint la danse.  Ce n'est pas une danse de plaisir, John Waller, historien de la médecine et auteur du livre de référence en la matière "The Dancing plague", les décrit ainsi : « le regard vague ; le visage tourné vers le ciel ; leurs bras et jambes animés de mouvements spasmodiques et fatigués ; leurs chemises, jupes et bas, trempés de sueur, collés à leurs corps émaciés ». 

La mairie décide d'en tirer partie et donne de l'espace sur la place public pour les danseurs, fait appel à des musiciens professionnels et c'est partie pour le festival... sauf que cette projection et cet intérêt ne fit que propager les victimes de cette étrange maladie. A son apogée, ils furent 400 personnes infectées. Chaque jour, une quinzaine de danseurs mourraient de fatigue, de déshydratation et d'accident cardio-vasculaire. La mairie comprit très vite son erreur et cessa toutes festivités et les interdit aux gens de s'en approcher. Les médécins du Royaume sont alertés. L'étude de l'époque met ça sur le "sang chaud" mais bon... c'était la médecine de l'époque. Paracelse, médecin et alchimiste de l'époque, a eu le mérite d'identifier Fau Toffea comme le patient zéro. Mais aujourd'hui encore la raison de cette danse macabre est inconnue et interloque les médecins et scientifiques qui s'y penchent. Ce n'est pas une légende tant l'évenement est documenté dans les registres de la ville, par les historiens, les médecins de l'époque accumulant notes et témoignages.

La maladie cessa quelques semaines après son arrivée alors qu'on emmena les danseurs à Saverne pour une cérémonie en l'honneur de Saint Guy, dont le culte veut qu'il répand ou protège les gens de la maladie. Dans le cas présent, ils voulurent prier pour que la maladie cesse... ce qu'elle se fit. John Waller conclut à une hystérie collective en rappelant que cela touche des gens vulnérables psychologiquement et croyant (notamment sur les châtiments divins). Or Strasbourg a été touché par de nombreuses famines et d'épidémies peu avant l'accident, ce qui a du affaiblir les gens et les pousser dans ce délire. La croyance en Saint Guy était fortement ancré et ils pouvaient s'affliger cela en somatisant s'imaginant à une maladie divine. Mais rien est sûr, on parle également d'ergotisme (infection du seigle) mais les symptômes sont étranges. 

Tags : MédicalCuriositéFrance

Acronyme ou sigle ?

 Si je vous demandais la différence entre un acronyme et un sigle, seriez-vous apte à me répondre ?

Un acronyme est un mot composé d'initiales qu'on prononce comme un seul mot comme sida (on ne dit pas S.I.D.A), ou ovni (et non O.V.N.I).

Un sigle, par contre, c'est quand on prononce chaque lettre indépendamment comme TGV ou SARL...

On parle bien de mots composés d'intiales. Ainsi les mot-valises comme progiciel, motel sont exclus. Ce sont des mot-valises justement.

Enfin une abréviation, c'est quand on prend la forme contractée d'un mot, comme Dr pour docteur, etc pour et caetera...

Tags : FrançaisCuriosité

Pourquoi voit-on nos veines bleues ?

Si vous avez l'esprit curieux, vous avez déjà dû vous faire cette remarque : "Mon sang est rouge, c'est incontestable. Alors pourquoi, lorsque je regarde mes veines, par exemple sur mon poignet ou mon coude, je les vois de couleur bleue ? ". Alors, je vous rassure tout de suite, votre sang est bel et bien rouge et ce même si vous êtes de sang noble (dont on prétendait à une époque qu'ils avaient un sang bleu différent de la plèbe). Donc non, ce n'est pas lié à votre concentration d'oxygène, à vos humeurs ou autres fantaisies et non, ce n'est pas la couleur de la "gaine" de la veine. La réponse est plus en relation avec la lumière et la peau. 

La lumière qui nous vient du Soleil est polychromatique et contient l'ensemble du spectre colorimétrique allant du violet au rouge, ce qui rend le rayon blanc. Lorsqu'il touche le sang, toutes les couleurs sont absorbées à l'identique sauf le rouge qui est réfléchit en partie (la veine absorbant quand même une partie des rayons rouges). Du coup, on voit bien le sang rouge. Cependant, cela serait oublier que lorsqu'on regarde nos veines, on ne les voit pas directement, on les voit à travers notre peau.  Or, toutes les ondes lumineuses ne sont pas logées à la même enseigne. Certaines vont plus profondément que d'autre en fonction de leur longueur d'onde. Et c'est le cas...de la partie rouge qui est celle qui va le plus profond. Ainsi, quand il frappe notre peau, le rayon de Soleil envoie ses différentes longueurs d'onde et la plupart sont réfléchis avec un certain taux d'absorption propre à la peau. Le retour (la réflexion) est toujours le même, c'est pour cela que notre peau a la même couleur. Sauf que lorsqu'une veine se trouve entre 0.01 et 0.5 millimètres de profondeurs, cette dernière n'est touchée quasi que par le rouge (qui est la couleur qui va le plus profondément). Or, la veine absorbe quand même (comme dit précédemment) une partie des rayons rouges. De là, intervient alors notre cerveau. Sur la peau, il reçoit normalement la même proportion de bleu et de rouge. Sauf que dans le cas précis de la veine située à cette profondeur, il reçoit comme info le même bleu mais moins de rouge. Qu'en déduit-il? Bah que la zone doit être affiché en vert/bleu. Et la Nature a fait que nos veines visibles sont souvent situés entre 0.01 et 0.5 mm de profondeurs. Plus profond, on ne les verrait plus car le rouge n'atteindrait pas la veine et sera renvoyé comme partout ailleurs. Moins profond, la veine touchera et absorbera les autres couleurs qui ne pouvaient l'atteindre jusque là et ne réflechira alors que le rouge, la veine apparaissant alors rouge. 

Ainsi, notre peau "bloque" la plupart des rayons lumineux en les empêchant d'aller profondément, mais une veine située à 0.01 et 0.5mm de profondeur absorbera une partie du rouge. Notre cerveau recevant moins de rouge interprétera cela par une intensification colorimétrique du bleu/vert. Du coup, on voit nos veines bleues. 

Tags : CuriositéPhysique