Au comptoir du savoir

Disclaimer:

Je tiens à préciser que mon but n'est pas de concurrencer des sites comme Savoir Inutile ou Se Coucher Moins Bête qui sont pour moi des sites de références en la matière. Il faut plus voir ceci comme une base de connaissances et de savoirs qui ont retenu mon attention.
J'insiste également sur le fait que ces savoirs ont été valables lorsque je les ai écrit mais que depuis, ils ont pu changer.

Pourquoi y a-t-il du pop-corn au cinéma ?

En France, rare sont les endroits où l'on mange du pop-corn, quelques rares restaurants et bien sûr, il est possible de les acheter ou de les faire soi-même. Toutefois, s'il y a bien un endroit où il est toujours présent et indissociable, c'est bel et bien les cinémas. Pourquoi ? Qu'est-ce qui fait du pop-corn le met par excellence pour regarder un film ? Il est collant, bruyant et il est très facile d'en mettre de partout. Cela a tout l'air, de prime abord, d'un très mauvais candidat. 

Et cela était bel et bien le cas jusqu'en 1927. Tout commence aux États-Unis. Depuis 1885 et l'invention de la première machine à pop-corn, de nombreux stands de rue et autres snacks proposent du maïs soufflé. Il y a tout une culture du stand de rue, qui persiste encore avec les stands de hot-dog. L'avantage est notamment qu'ils offraient des prix peu élevés et pouvaient se déplacer où il y avait de la foule. Ainsi, quand les cinémas apparurent, quelques peu avant les horaires de séances, les vendeurs de pop-corn se déplaçaient pour aller en vendre aux gens qui s'y dirigeaient. Le cinéma se voyait comme le successeur du théâtre, souhaitant attirer une clientèle aisée dans un cadre richement décoré de tapis et autres ornements. Le pop-corn y est alors très mal vu, d'autant que le cinéma est à l'époque muet et le son ne permet donc pas de couvrir le bruit de mastication. Ils tentèrent de les chasser avec plus ou moins de succès. Mais vient 1927.

La Grande Dépression, la crise économique des années 30, frappa de plein fouet l'économie du pays. Le maïs n'était pas cher, donc le pop-corn non plus, ce qui en fait un plat de prédilection en cette période de disette, augmentant ainsi le nombre de consommateurs de pop-corn. De son côté, le cinéma dut faire une croix sur ses idéaux de grandeurs et d'élitisme pour survivre.  Pour attirer du monde, ils baissèrent le prix des places, de sorte que cela devient une activité culturelle populaire et accessible. De 25 millions de spectateurs par semaine en 1925, on passe à 90 millions en 1930. De même, le cinéma sonore émergea. Fort de cette configuration, les gens allaient souvent au cinéma avec du pop-corn acheté à proximité. Les gérants de cinéma firent le calcul. Le maïs ne coûte pas faire et le pop-corn peut rapporter gros... Pourquoi laisser des vendeurs tiers le vendre à l'extérieur alors que le cinéma pourrait vendre le sien? Voilà qui serait une manne financière en ces temps difficiles. Et ce fut bel et bien le cas ! La pratique se développa alors dans tout le pays. En 1945, plus de la moitié de la consommation de pop-corns se fait au cinéma. Avec le rayonnement du cinéma américain, la pratique se propagea dans le monde. Il fallut attendre 1990 pour le voir apparaître en France, mais celle-ci est immanquablement venue. 

Tags : CuriositéOrigine