Au comptoir du savoir

Disclaimer:

J'insiste sur le fait que ces savoirs ont été valables lorsque je les ai écrit mais que depuis, ils ont pu changer.

L'Amazonie, le poumon du monde ?

Alors que des nombreux feux de forêt ravagent la forêt amazonienne, de nombreux articles sensationnalistes s'alarment de la destruction du "poumon du monde". Ce surnom ancestral est totalement compréhensible, on sait que les arbres, via le processus de la photosynthèse, sont capables de produire du dioxygène nécessaire à notre corps. L'Amazonie est une des plus grandes forêts du monde avec 5,5 millions km² de superficie, cela doit donc faire d'elle "le poumon du monde". Je ne remets absolument pas en cause l'apport en dioxygène que nous fournit l'Amazonie, elle en produit environ 21%, mais il est toutefois bon de rappeler qu'elle n'est pas le premier producteur de dioxygène au monde. 

Car voyez-vous, il n'y a pas que certaines plantes qui sont capables de faire de la photosynthèse. Les planctons végétaux ou phytoplanctons sont des bactéries photosynthétiques, également appelé cyanobactéries, et sont donc capable de produire du dioxygène. Et où trouve-t-on des planctons ? Dans l'océan. En masse, en très grande masse. C'est à eux que l'on doit la Grande Oxydation, aussi appelée la catastrophe de l'oxygène. Aujourd'hui, quasi tout être vivant a besoin de respirer et d'oxygène et ça nous parait comme une condition sine qua non. Et pourtant, avant la Grande Oxydation datant d'il y a 2,4 milliards d'années, on avait de nombreux organismes anaérobies, c'est-à-dire, vivant dans un milieu sans oxygène. Les planctons rejetaient leurs dioxygènes dans l'océan qui réagissait avec les métaux (fer et nickel entre autres) présents à l'époque dans les océans. Mais lors de la Grande Oxydation, le fer et le nickel vinrent à manquer dans l'océan et l'oxygène se déversa dans l'atmosphère déclenchant une crise écologique en raison de sa toxicité pour les organismes anaérobies. Les études varient mais on leur attribue entre 50% et 80% du dioxygène présent dans notre atmosphère. Ceci est juste énorme, même en prenant le pourcentage le plus bas. Ces planctons sont donc bien plus précieux et cruciaux pour notre survie que la forêt amazonienne.

Hélas, eux aussi sont menacés. Pas par la déforestation mais par le réchauffement climatique. On observa que la quantité de dioxygène produite par ces phytoplanctons variaient en fonction de la température. Une augmentation de quelques degrés pourrait réduire drastiquement voire bloquer la production de dioxygène par ces  planctons. Pas de peau, la tendance est au réchauffement de l'océan en ce moment. Une étude de 2018 relayée par le CNRS alerte d'une baisse de 2% du dioxygène produit par l'océan par rapport à 1960. Au final, on se moque de la hausse de quelques degrés, on peut très bien vivre avec quelques degrés de plus, nous, mais pas ces planctons et sans eux, on perdrait une bonne partie de nos producteurs de dioxygène.  Dis comme ça, c'est tout de suite plus terrifiant.

Tags : CuriositéIdée reçueNature