Au comptoir du savoir

Disclaimer:

Je tiens à préciser que mon but n'est pas de concurrencer des sites comme Savoir Inutile ou Se Coucher Moins Bête qui sont pour moi des sites de références en la matière. Il faut plus voir ceci comme une base de connaissances et de savoirs qui ont retenu mon attention.
J'insiste également sur le fait que ces savoirs ont été valables lorsque je les ai écrit mais que depuis, ils ont pu changer.

Des animaux immortels?

Lors de mon précédent savoir sur les animaux à l'espérance de vie la plus longue, j'ai écarté les animaux pouvant potentiellement être immortels. 

Car oui, il existe des êtres biologiquement immortels, surtout chez les cnidaires (la famille des hydres, des méduses, étoiles de mer, …). Parlons notamment du cas le plus connu, la méduse Turritopsis nutricula. Je ne sais pas si vous le savez mais les méduses ont deux formes, le polype qui est une forme de corail/plante marine et une forme méduse. La première est sa jeunesse et la seconde sa maturité sexuelle et donc l’âge adulte. Eh bien la méduse Turritopsis nutricula est capable de passer de l’une à l’autre. Donc elle peut évidemment vieillir mais elle peut surtout rajeunir. Les études ont montré qu’elle déclenche ce mécanisme en situation défavorable telle que le stress, la fatigue, le manque de nourriture. Évidemment, une telle propriété intéresse fortement les scientifiques. On pense que cela serait dû à une transdifférenciation, c’est-à-dire la capacité d’une cellule à changer de fonction / de rôle. Mais pour le moment, c’est très obscur mais qui sait, dans l’avenir, peut-être percerons-nous son secret.

De même, vous connaissez le mythe de l’hydre dont lorsqu’on coupe une tête revient avec deux ? L’hydre existe belle et bien même si ce n’est pas un immense monstre de mer mais un minuscule cnidaire. Il a toutefois la capacité de pouvoir entièrement se reconstruire si au moins une centaine de cellules survivent. Cette aptitude à l'auto-organisation est due à une production continue de cellules et de facteurs de signalisation dans le tissu adulte. Donc potentiellement, on pourrait faire en sorte de ne pas mourir tant qu’un certain nombre de nos cellules subsiste. Cela nous rapprocherait plus de l’immortalité réelle.

Tags : AnimalCuriositéNature