Au comptoir du savoir

Disclaimer:

Je tiens à préciser que mon but n'est pas de concurrencer des sites comme Savoir Inutile ou Se Coucher Moins Bête qui sont pour moi des sites de références en la matière. Il faut plus voir ceci comme une base de connaissances et de savoirs qui ont retenu mon attention.
J'insiste également sur le fait que ces savoirs ont été valables lorsque je les ai écrit mais que depuis, ils ont pu changer.

Le président d'Argentine, parrain du 7e enfant

L'Argentine est un pays d'immigration, la population venant essentiellement d'allochtones (personnes d'origine étrangère, à l'inverse des autochtones) avec les puissances étrangères qui sont partis à l'assaut du nouveau continent. Et qu'est-ce qui se véhicule également avec les gens ? Les maladies certes mais je pensais plus aux folklores, la tradition ainsi que la culture. Ainsi, au XIXe siècle se développe le mythe du Lobisón qui est une variante argentine de notre Loup-Garou. Le Lobisón se transformerait les soirs de pleine lune pour manger les bébés non baptisés et la chair des morts. Un détail diffère de la tradition européenne. La lycanthropie (le fait de se transformer en loup) ne s'acquière non pas par une morsure d'un autre loup-garou mais en étant le 7e garçon d'une famille. Pourquoi 7, je ne sais pas, mais en tout cas, la croyance populaire de l'époque veut que le 7e garçon d'une fratrie devienne un lobisón à son 13e anniversaire. De ce fait, beaucoup de familles abandonnèrent, voire tuèrent leur 7e garçon.

Pour lutter contre cette pratique, en 1920, le parlement argentin vote une loi pour inverser le sort du pauvre enfant. S'il était le 7e garçon et que la famille en fait la demande l'enfant pourra avoir comme parrain le président de l'Argentine. Mais ce n'est pas tout car c'est symbolique mais pas assez pour renverser une croyance populaire, ainsi il recevra une médaille en or en plus du financement de ses études. Cela eut l'effet désiré en limitant les abandons mais la superstition ne disparut point entièrement et sévissait encore sur certaines familles. En 1973, le président fait passer un décret pour élargir l'acte au 7e enfant peu importe le sexe.

En 1993, une famille juive naquit d'une 7e fille, Yaïr Tawil. Ils firent naturellement la demande. La présidence cependant refusa de la prendre sous son aile car la religion d'État était à l'époque le catholicisme. Les bienfaits ne seront applicables que si elle se fait baptisée catholique. Cela fit débat dans le pays. Il fallut alors attendre 2009 pour que la loi soit modifiée et que tous les 7e enfants peu importe leur sexe, leur race et leur religion puisse prétendre au parrainage présidentiel et ce qui va avec. Et c'est ainsi que Yaïr put finalement avoir, comme d'autres 7e enfants, le président (et en l'occurrence, la présidente) de l'Argentine comme parrain/marraine.

Après, c'est une belle histoire mais d'autres sources parlent d'une tradition tsarine russe qui consistait à prendre comme filleul le 7e enfant d'une famille (une pratique qu'on retrouve dans certaines familles royales comme en Angleterre ou en Belgique). Les Rusos (personnes d'origine plus ou moins lointaine russe) auraient demandé au président en 1907 qu'on reproduise cette tradition dans leur pays d'accueil.

 

Tags : TraditionCroyanceCuriositéArgentine