Au comptoir du savoir

Disclaimer:

Je tiens à préciser que mon but n'est pas de concurrencer des sites comme Savoir Inutile ou Se Coucher Moins Bête qui sont pour moi des sites de références en la matière. Il faut plus voir ceci comme une base de connaissances et de savoirs qui ont retenu mon attention.
J'insiste également sur le fait que ces savoirs ont été valables lorsque je les ai écrit mais que depuis, ils ont pu changer.

La coiffe des gardes de la reine

Gardant notamment Buckingham Palace, ils sont connus pour rester inflexibles face aux facéties des visiteurs. Qui ? Les gardes de la reine, évidemment. Ces gardes sont assez difficiles à rater tant leur tenue rouge et leur coiffe noire imposante dénotent dans le paysage. Cette coiffe nommée Bearskin, historiquement fait en peau d'ours bruns du Canada (que l'association PETA veut remplacer par du synthétique) a toutefois une origine assez intéressante. 

En pleine guerre napoléonienne, l'Empire s'étend. La grande armée impériale se tourne désormais vers le Royaume Unis. Une bataille mythique eut lieu, celle de Waterloo où nos voisins d'Outre-Manche mirent en déroute les armées de l'Empereur.  Les hussards de l'armée impériale et notamment les grenadiers impériaux avaient cette grande coiffe (ce qui deviendra le bearskin) qui leur servait à se démarquer sur les champs de batailles, à en imposer davantage et avoir l'air ainsi plus intimidant, et ça offrait une protection contre la météo. La photo d'illustration est d'ailleurs un grenadier impérial, François-Isodore Darquier. Les anglais leur ravirent leur chapeau et les portèrent en signe de victoire, pour narguer l'adversaire. Ils avaient vaincu les armées de l'Empereur. Ils les avaient dépouillé et portaient leur chapeau. Gloire aux Anglais ! C'était les plus forts, les meilleurs. En souvenir de cette grande victoire, ils en firent des reproductions en ours brun de Canada et continuèrent à les porter jusqu'à devenir le symbole que l'on connait aujourd'hui.  

Tags : FranceRoyaume UniHistoireCuriosité