Au comptoir du savoir

Disclaimer:

Je tiens à préciser que mon but n'est pas de concurrencer des sites comme Savoir Inutile ou Se Coucher Moins Bête qui sont pour moi des sites de références en la matière. Il faut plus voir ceci comme une base de connaissances et de savoirs qui ont retenu mon attention.
J'insiste également sur le fait que ces savoirs ont été valables lorsque je les ai écrit mais que depuis, ils ont pu changer.

La musique de Lavanville

Avec la sortie de Pokémon Let's Go Pikachu et Let's Go Evoli, la mode revient sur Pokémon. Replaçant le joueur dans la région de Kanto, zone de la 1er génération, on revoit fleurir les légendes urbaines et parmi celles-ci la fameuse musique de Lavanville.  Selon la croyance, Shin Nakamura serait un salarié de Game Freak travaillant sur Pokemon et dont le père aurait travaillé dans la division 731 de l'armée japonaise durant la 2nde Guerre Mondiale, une unité secrète chargée de faire des expérimentations relatives à l'audition. Il y aurait eu un accident avec son fils, il tomba alors en dépression et finit par se pendre. Mais avant de passer de l'autre côté, il créa la musique de la ville de couleur lavande (violette), je veux bien entendu parler de Lavanville.  Par des jeux de fréquences basses ou au contraire hautes, par des battements binauraux, par des images subliminales et d'autres procédés psychologique avec le son et l'image, ce passage pousserait les gens à devenir triste, à déprimer et leur donnerait des idées suicidaires. Une énorme vague de suicide aurait eu lieu au Japon suite à l'arrivée des joueurs à Lavanville. 

Alors, on peut faire plein de choses avec le son. On peut véhiculer des émotions, on peut donner des maux de tête, on peut rentrer en harmonie avec un élément et le briser. Mais manipuler des êtres sains par de la musique sans parole pour leur donner soudainement des idées suicidaires, ça devrait vous alerter. En outre, il n'y a pas eu de Shin Nakamura ayant travaillé sur les Pokémon  de la 1ère génération ou Game Freak. Il y a eu  un Shin'ichiro Nakamura qui était le directeur de musique du jeu de Pokémon Conquest mais rien à voir avec la 1G. Par contre, les rumeurs ont débuté alors que sortait Pokémon Conquest. Ils se sont donc surement inspirés de cette personne pour leur légende urbaine véhiculée sur le net (ce qu'on appelle creepypasta). Mais tout cela est faux. Il n'y a pas eu de vagues de suicides liées à la musique de Lavanville, pas de developpeur avec un père scientifique fou des sons. Simplement Lavanville sort du reste du jeu avec son ambiance sonore, l'absence d'arène, la petitesse de la ville, la tour qui sert de cimetière. C'est une atmosphère particulière, les gens ont fabulé et c'est cool d'en rire, je joue et j'évoque aussi avec plaisir cette histoire. Mais ne soyons pas crédule pour autant. 

Cette légende urbaine est devenue encore plus virale suite à l'accident de l'épisode sur Porygon. Et attention, ceci est une histoire vraie, cette fois. En 1997, un épisode nommé  Dennō Senshi Porigon montre Porygon emmené nos protagonistes dans le cyber espace et pour bien marquer la différence avec le monde réel, ils ont utilisé une alternance rapide de couleurs vives, bleu et rouge. Ce scintillement à haute fréquence provoqua de nombreuses crises d'épilepsie et des problèmes styles maux de tête, trouble de la vision, nausée, étourdissement. Au moins 700 cas ont été recensés sachant que le nombre réel peut être beaucoup plus grand. Bien qu'il faut relativiser car 4.6 millions de téléspectateurs regardaient l'épisode et dans la plupart des cas, tout était revenu à la normale après quelque temps, cela causa beaucoup de soucis, d'inconfort et même deux hospitalisations. Et cela relança et débat "et si Pokemon était dangereux". 

Mais rassurez-vous la musique de Lavanville, bien que creepy, ne représente aucune menace.  

Tags : Jeu vidéoPokemonIdée reçue