Au comptoir du savoir

Disclaimer:

Je tiens à préciser que mon but n'est pas de concurrencer des sites comme Savoir Inutile ou Se Coucher Moins Bête qui sont pour moi des sites de références en la matière. Il faut plus voir ceci comme une base de connaissances et de savoirs qui ont retenu mon attention.
J'insiste également sur le fait que ces savoirs ont été valables lorsque je les ai écrit mais que depuis, ils ont pu changer.

La petite ville de Llívia

Vous souvenez-vous du traité de Bayonne? Mais si, c'est celui dont on avait parlé sur l'île des Faisans. C'est le traité qui visait à clarifier la frontière franco-espagnol. Sachez que l'île des Faisans n'est pas la seule...singularité qui est ressorti de ce traité. Il faut savoir qu'avant, le territoire espagnol était bien plus avancé dans les pyrénées orientales. Mais grace à ce traité, il a clairement été défini, conformément à un précédent traité (le traité des Pyrénées) que la France reprenait la souveraineté sur le comté de Roussillon, les pays de Vallespir, de Conflent et de Capcir et les bourgs et villages de l'est du comté de Cerdagne. Cela donne la frontière actuelle des Pyrénées et le fleuve côtié Bidassoa.

Il y a juste un hic. Il se trouve précisément ici : "les bourgs et villages de l'est du comté de Cerdagne". Eh oui, il y a beaucoup de bourgs et de villages en Cerdagne mais il y a aussi une ville. En effet, le bourg de Llívia a été élevé au rang de ville par Charles Quint en  1582. C'est une petite coquille. Mais pensez-vous qu'on passerait outre? Vraiment? Les administrations sont bien trop procédurières pour cela. De ce fait, la petite ville de Llívia est et reste sous l'autorité de la couronne d'Espagne. Ainsi, ce territoire espagnol se retrouve totalement enclavé dans les Pyrénées orientales française mais fait partie de la Province de Gérone en Catalogne et est soumise à la loi espagnole. Du coup, on a établi une route "neutre", c'est-à-dire, sans contrôle douanier, pour relier Llívia au territoire espagnol et à la ville de Puigcerdà. Nul besoin de dire que cela favorisa la contre-bande, une route sans contrôle douanier. 

Tags : CuriositéLégislationFranceEspagneFrontière