Au comptoir du savoir

Disclaimer:

Je tiens à préciser que mon but n'est pas de concurrencer des sites comme Savoir Inutile ou Se Coucher Moins Bête qui sont pour moi des sites de références en la matière. Il faut plus voir ceci comme une base de connaissances et de savoirs qui ont retenu mon attention.
J'insiste également sur le fait que ces savoirs ont été valables lorsque je les ai écrit mais que depuis, ils ont pu changer.

L'île Hans, revendication à coup d'alcool

Au Nord, c'était les Corons, mais plus au Nord encore se trouve le Pole Nord. Cette zone est composée d'énormément d'îles et est loin d'être une terre continue. Ainsi, il n'est pas rare que ces îles fassent l'objet de revendication de différents pays. Aujourd'hui, j'aimerai parler de l'île Hans, une petite île de 1,3m² qui ne paie pas de mine se trouvant dans le détroit de Nase à la frontière du Canada et du Danemark (par l'intermédiaire du Groenland).

En 1973, les deux pays signent un accord sur la définition de leur frontière commune et se pose la question de l'île Hans. Le Danemark affirme que ce territoire a été découvert en 1852 par les danois et s'appuie sur une décision de la Cour permanente de justice internationale qui, en 1933, reconnait la souveraineté de l'île au Danemark. De son côté, le Canada affirme que cette île a été découverte par un explorateur britannique. N'arrivant pas à détricoter leur désaccord, la question est laissée en suspens. En 1984,  le Danemark lance une expédition sur l'île Hans et y brandit son drapeau et une bouteille de Schnaps.  Face à ce tour de force, le Canada lança sa propre expédition et remplaça le drapeau danois par celui canadien et le Schnaps par un Whisky "Canada Club". Cela sonna le début de la guerre du Whisky. 1988, 1995, 2002, 2003 ou encore 2005, chaque fois les pays firent une expédition pour remettre leur drapeau et leur alcool. En 2005, devant l'ONU, les deux pays déclarent vouloir trouver une solution pérenne pour cette île mais lors d'un nouvel accord frontalier vient en 2012, la question de l'île Hans n'est toujours pas réglé. Certains appellent à un condominium comme l'île des Faisans ou, à l'inverse, faire que l'île n'appartienne à personne. 

Pourquoi donc cette île minuscule perdu dans les eaux du Nord attire-t-elle tant la convoitise qu'aucun des partis ne veulent céder ? Car cette terre vaut de l'or. Non pas l'île en elle-même mais car son contrôle étendrait les eaux territoriales du pays. Hors, certes, aujourd'hui, les voies maritimes du Nord ne sont guère praticables avec les glaciations mais avec le réchauffement climatique et la fonte polaire, il n'est pas fou d'imaginer que demain, cela sera une voie maritime très fréquente. Avoir un comptoir commercial et contrôler le détroit serait un atout fort et enrichissant pour le pays. En outre, bien qu'inexploitable aujourd'hui à cause de la glace, les sous-sols maritimes sont également chargés de pétrole. Et ça... ça vaut cher.  Donc derrière cette question symbolique de drapeaux et de Whisky, il n'en reste pas moins une guerre territoriale stratégique.

Tags : CuriositéCanadaDanemark