Au comptoir du savoir

Disclaimer:

Je tiens à préciser que mon but n'est pas de concurrencer des sites comme Savoir Inutile ou Se Coucher Moins Bête qui sont pour moi des sites de références en la matière. Il faut plus voir ceci comme une base de connaissances et de savoirs qui ont retenu mon attention.
J'insiste également sur le fait que ces savoirs ont été valables lorsque je les ai écrit mais que depuis, ils ont pu changer.

Les chatouilleuses de Mayotte

À la création de la 5e République française, le général De Gaulle avait promis d'organiser un référendum dans chaque colonie pour l'indépendance ou la Communauté française. Les Comores étaient l'une de ces colonies. Celle-ci se prononça contre l'indépendance et acquit le statut de Territoire d'Outre-Mer avec deux instances décisionnelles, le conseil de gouvernement qui était un gouvernement local et le haut-commissariat qui représentait le gouvernement français. Le conseil de gouvernement fut présidé en 1962 par Saïd Mohamed Cheikh qui œuvra pour l'indépendance des Comores. Seulement voilà, Mayotte est très proche de la France et veut rester française. Comment faire porter sa voix ? De grosses manifestations ? Des violences et des dégradations voire des attentats ? Certaines mahoraises (des femmes qui vivent à Mayotte) ont trouvé une alternative.

Alors bien sûr, il y a eu des tensions et des violences. Mais ce qui nous intéresse aujourd'hui est ce mouvement né en 1966 qu'on appelle en France les chatouilleuses ou soroda (soldat en comorien).  Ces dernières approchaient les hommes politiques ou autres dignitaires comoriens et elles discutaient avec lui pour savoir sa position sur la France ou les Comores libres. S'il était en faveur de l'indépendance, elles lui retiraient sa cravate et sa chemise et le chatouillèrent jusqu'à ce qu'il commence à suffoquer. À partir de là, elles s'arrêtaient et le laissaient à terre, ne voulant pas le tuer. Plusieurs cas ont été dénombrés. Le président du conseil de gouvernement Cheikh força même 4 élus mahorais à démissionner en 1967 suite à l'attaque d'une soixantaine de chatouilleuses dans les locaux de l'ORTF (la radio et télévision) de Mayotte.  Alors que les Comores votèrent l'indépendance, Mayotte qui avait majoritairement voté en faveur du maintien en France, demanda sa départementalisation (devenir un DOM), son retrait des îles des Comores, ainsi que le scrutin se fasse île par île. La France procéda comme tel et du coup, Mayotte resta française. 

Évidemment, ce n'est pas juste grâce à l'action de ces chatouilleuses mais je trouvais intéressant de partager ce mode de contestation assez unique. 

Tags : CuriositéFranceHistoire